Une alimentation riche en macronutriments : mon alliée grossesse

15/03/2020 | L’optimisation nutritionnelle autour de la grossesse

Les femmes enceintes, ou en désir de grossesse, présentent souvent un manque de macronutriments, et ce déficit est souvent ancien, antérieur à la période de grossesse. Or, il est important de conserver d’importants apports pour le bon déroulement de la gestation, que ce soit pour le bébé ou pour la maman. Découvrez les conseils Parinat pour comprendre les besoins de votre corps et de votre bébé.

Une alimentation riche en macronutriments

Principalement source d’énergie du corps humain, les macronutriments regroupent : 

  • glucides (sucres)
  • protides (protéines)
  • lipides (graisses)

Lors d’une grossesse, il est important de conserver des apports équilibrés grâce à une alimentation complète. 

Les protéines pour construire les tissus de l’organisme

La période de grossesse, nécessite une élévation discrète des besoins en protéines. Elle sera de l'ordre de : 

  • au premier trimestre : 1,3 g/jour
  • au second trimestre : 6,1 g/jour
  • au cours du dernier trimestre : 10,7 g/jour

Ces protéines peuvent être d'origine animale et végétale.

Les glucides, carburant pour l’organisme du bébé

Au cours du premier trimestre de gestation, il existe une élévation de la production d’insuline physiologique. Celle-ci est adaptée à la mise en réserve des nutriments, nécessaires au bon déroulement de la grossesse. 

A contrario, durant le deuxième et le troisième trimestre peut s'installer une discrète insulino-résistance. Si la charge glucidique est excessive et la fonction pancréatique déficiente, l’insulinosécrétion devient alors insuffisante. Cela peut concourir à l'apparition du diabète gestationnel.

Il est donc important d’éviter les hypoglycémies (néfastes pour la mère et le fœtus) tout en réduisant également la charge glucidique. On évitera également l'utilisation excessive des glucides simples à index glycémique élevé. S’orienter vers la prise de glucides complexes (sucres lents), riches en fibres et micronutriments est une bonne pratique à suivre. Sauter des repas est évidemment déconseillé.

Les lipides élaborent le système nerveux du foetus

Depuis mars 2010, de nouvelles recommandations consensuelles visent à apporter aux femmes enceintes des apports lipidiques supérieurs à ce que l'on conseillait antérieurement. Ils sont actuellement de 35 à 40 % de la ration énergétique totale. 

L’accent est alors mis sur une nouvelle répartition des familles d'acides gras : 

  • réduction modérée des graisses saturées
  • valorisation des acides gras polyinsaturés, tout particulièrement des acides gras Omega-3

Les apports d'acide alpha-linolénique ont été valorisés à 1 %. De plus, un apport quotidien direct en EPA et surtout en DHA (250 mg) sont préconisés. 

Le rapport Omega-6 et Omega-3 doit être proche de quatre. Pour satisfaire ces nouvelles recommandations, le conseil nutritionnel doit être à la fois orienté vers des choix alimentaires adaptés mais également vers une complémentation micronutritionnelle.

Pour un développement harmonieux du foetus, puis du nourrisson, ainsi que pour la santé de la mère, la recommandation concernant les apports en lipides revêt une importance majeure. En effet, bien que les acides gras Omega-3 aient un rôle majeur dans l’organisme, ils sont en général ignorés. La carence en Omega-3 est accompagnée de nombreux troubles chez le bébé :

  • développement neurologique
  • cardio-vasculaires et métaboliques
  • immunitaires

Elle est également associée à une prévalence plus élevée de la dépression post-partum chez la maman. 

Conseils pour une alimentation riche en macronutriments

En période préconceptionnelle et tout au cours de la grossesse, il est conseillé de s'orienter vers le choix des huiles de colza en assaisonnement et en cuisson à moins de 180°C. Un mélange colza-olive peut éventuellement être proposé. 

Consommer régulièrement des œufs issus des filières Omega-3 contribueront également à un apport satisfaisant et accessible à tous. 

Enfin, la consommation de poissons gras peut couvrir les besoins en DHA. Il conviendra alors de choisir les petits poissons de début de chaîne écologique à faible teneur en métaux lourds : 

  • sardines
  • maquereaux
  • anchois
  • saumon

Il faudra cependant éviter les poissons prédateurs tels que le thon rouge ou l'espadon, tant pour des raisons toxicologiques que pour la préservation des ressources naturelles. 

En fonction de l'observance de ces conseils alimentaires, des habitudes et des besoins, un complément alimentaire pourra bien souvent être conseillé. On privilégiera les acides gras Omega-3 à forte teneur en DHA tout en respectant les doses recommandées.

Notre guide pratique pour adopter une alimentation adaptée à la grossesse

Découvrez notre dossier complet consacré à l’alimentation lors de la grossesse

Téléchargez notre fiche conseil
Découvrez comment optimiser votre alimentation tout au long de votre grossesse.
Découvrir la fiche conseil

La solution Parinat

Notre laboratoire Parinat a développé plusieurs compléments alimentaires qui permettent de compléter une alimentation adaptée à la grossesse.

  1. Compléments alimentaires - Fer B9
    Fer B9 Métabolisme énergétique
    9,00 €
  2. Suppléments alimentaires - Iode
    Iode Production des hormones thyroïdiennes
    10,00 €
  3. Compléments alimentaires - OptiMega Trio Disponible en offre privilège
    OptiMega Trio Omega-3 type EPA & DHA
    Mental & Cardio-vasculaire
    18,00 €
  4. Compléments alimentaires - OptiMagnésium
    OptiMagnésium Magnésium marin
    Nervosité ou stress
    13,00 €