Post-partum : humeur, émotions et sentiments

06/03/2020 | Le post-partum, une période de transition après l’accouchement

La période du post-partum est souvent accompagnée d’une fragilité émotionnelle intense. Assez méconnue des femmes et peu évoquée, les jeunes mamans ne sont souvent pas préparées à cette période qui suit l’accouchement.

Une période de grande fragilité émotionnelle

Dans cette période particulière, on observe une fragilité émotionnelle importante chez un grand nombre de femmes. Cette fragilité peut être extrêmement variable : 

  • baby blues très répandu et sans grave conséquence
  • dépression post-partum importante.

Zoom sur le baby-blues

Le baby-blues est un épisode de variation émotionnelle et d’humeur dépressive modérée. Ce phénomène très fréquent apparaît dans les jours qui suivent l’accouchement et se termine, le plus souvent spontanément au terme d’une ou deux semaines. 

À savoir : Le baby-blues touche plus de la moitié des jeunes mères. Certaines études évoquent jusqu'à 85 % de blues dans la semaine qui suit l’accouchement.

Cet épisode peut se manifester de diverses manières : 

  • crises de larmes
  • tristesse profonde, sans raison apparente
  • variations de l’humeur qui peut s’accompagner de déséquilibres du sommeil et de signes d’anxiété

Une période d’incompréhension

Dans l’esprit collectif, la naissance devrait être une période de joie et d’épanouissement pour la maman. Hors, il est normal de ressentir quelques difficultés après une grossesse. L’entourage ne comprenant pas toujours cette période de baby-blues, la jeune maman peut ressentir une certaine culpabilité.

Il est important de se rassurer. On considère cette période comme un passage habituel, pour ne pas dire normal. 

Pour certains, il s’agirait d’une période de résolution du stress lié à la grossesse et dont l’évolution spontanée se fait naturellement vers la guérison en une dizaine de jours. Outre le soutien de l’entourage et le repos, il n’est pas nécessaire ou utile de suivre de traitements.

La dépression post-partum

La dépression post-partum, quant à elle, est une véritable maladie qui ne doit pas être confondue avec le blues du post-partum immédiat. 

Sa fréquence est élevée, touchant environ 10 à 15 % des femmes en France, mais le diagnostic n’est que rarement posé. Ce sujet étant encore aujourd’hui tabou, les personnes (femmes ou hommes) atteintes de dépression post-partum n’en parlent pas ou très peu.

Les signes associent tous les troubles classiques de la dépression majeure :

  • sautes d’humeur avec alternance d’exaltation
  • énervement et humeur déprimée
  • sensation d’incapacité
  • sentiments négatifs
  • troubles du sommeil
  • sentiments de dévalorisation avec des peurs inexpliquées
  • repli sur soi-même
  • fatigue allant parfois jusqu’à l’épuisement

Les conséquences peuvent être graves : 

  • difficultés d’accomplissement de nombreuses activités quotidiennes
  • perturbation des relations avec la famille, le bébé et le conjoint
  • la dépression peut, dans un nombre important de cas, entraîner un passage à l’acte suicidaire.

Classiquement, les traitements reposent sur des thérapies cognitives et comportementales et sont parfois associés aux médicaments antidépresseurs. Un accompagnement pour une meilleure gestion du mode de vie peut également être proposé. Si vous pensez souffrir de dépression post-partum, rapprochez-vous de votre professionnel de santé.

La psychose puerpérale

La psychose puerpérale est un trouble psychotique particulièrement grave qui affecte environ 2 femmes sur 1000 naissances. 

Elle se manifeste en général dans les premières semaines après l’accouchement et peut parfois survenir plus tardivement. 

Les signes apparaissent rapidement avec des troubles intenses :

  • confusion
  • pensées hallucinatoires
  • paranoïa
  • illusions

On observe des pensées obsessionnelles vis-à-vis du bébé ou de l’incapacité à s’en occuper. Cette forme de psychose aboutit souvent à des automutilations et peut mettre en péril la vie du bébé et de la maman. Elle impose donc une hospitalisation et un traitement antidépresseur majeur associé à des psychothérapies.

Que retenir de ces tableaux de variation de l’humeur ?
Les troubles psychiatriques majeurs restent minoritaires mais doivent être connus. En revanche, le blues et la dépression sont fréquents et doivent être anticipés afin d’être mieux pris en charge.

Le mode de vie et l’alimentation, indispensables à l’équilibre mental

On retrouve des associations entre le modèle alimentaire durant la grossesse et le risque de développer les déséquilibres de l’humeur du post-partum.

Trois micronutriments semblent impliqués dans la prévention des signes : 

  • les acides gras Omega-3 longues chaînes
  • le fer
  • la vitamine B9 (folates)

L’alimentation de la future maman au cours de la grossesse devrait toujours veiller à un apport régulier de ces trois micronutriments. Si tel n’a pas été le cas, la période du post-partum peut bénéficier d’une supplémentation micronutritionnelle afin d’éviter les déficits. 

La vitamine D pour prévenir la baisse de mental

Un taux bas de vitamine D est corrélé à une baisse du mental.

L’iode pour prévenir une fatigue générale

Idéalement, la grossesse doit s’accompagner d’une complémentation en iode. Un déficit iodé entraîne un dysfonctionnement de la thyroïde. Les conséquences se feront sentir non seulement sur la fatigue générale mais également sur la fatigue psychique avec une majoration des variations de l’humeur. On observera aussi une difficulté à retrouver le poids et la silhouette précédant la grossesse. 

Le zinc pour prévenir les sautes d’humeur

Les déficits en zinc sont également fréquents et sous-estimés. Le zinc joue un rôle majeur dans le fonctionnement normal du système nerveux. Un déficit est corrélé au risque de générer des sautes de l’humeur et une fragilité émotionnelle.

Notre guide pratique pour mieux vivre le post-partum

Découvrez notre dossier complet consacré à la période de post-partum.

Téléchargez notre fiche conseil
Nos conseils pour vivre au mieux le post-partum
> Découvrir la fiche conseil

La solution Parinat pour mieux vivre l’après accouchement

Notre laboratoire Parinat recommande plusieurs compléments alimentaires qui, accompagnés d’une alimentation saine, permettent de mieux vivre le post-partum.