Dialogue Cerveau-Intestins & Harmonisation des neuromédiateurs

Protocole U

Le Protocole U associe L-tyrosine de PARINAT et L.A.B®Connect. L-tyrosine de PARINAT apporte 528 mg de L-tyrosine pour 2 gélules végétales (dose journalière recommandée). La L-tyrosine est un substrat utilisé pour la synthèse des neuromédiateurs de l'organisme, notamment ceux impliqués dans l'activité : dopamine et adrénaline . La prise de L-tyrosine de PARINAT est recommandée le matin. L.A.B®Connect contient du Magnésium et de la Vitamine B9 qui participent aux fonctions physiologiques et psychologiques, ainsi que du Safran : calme émotionnel, et du L-tryptophane, un précurseur de la sérotinine (neuroméduateur régulateur de l'humeur).

Les PostBiotiques possèdent plusieurs mécanismes d'action sur l'écosystème digestif. Le système digestif, ou "second cerveau", est impliqué dans la communication microbiote-intestins-cerveau. La prise de L.A.B®Connect est recommandée le soir.

En stock
1 mois
- +
Prix Spécial 39,00 € Prix normal 47,00 €
Code produit
FP153
Protocole
L-Tyrosine : Gélule végétale | Hydrolysat de protéines de riz | sels de Magnésium d'acides gras. /
L.A.B Connect : Bisglycinate de magnésium ; Gélule végétale ; L- tryptophane ; sels de Magnésium d'acides gras ; Actifs L.B (Lactobacillus acidophilus L.B thermostabilisé) ; Bisglycinate de zinc ; L-méthylfolate de calcium (vitamine B9) ; extrait sec de stigmates de Safran (Crocus sativus L.).


Le rythme circadien : c’est quoi ?
L’ensemble des fonctions de notre organisme sont soumises à un rythme circadien*, correspondant à un cycle de 24 heures. * circadien : de circa : « proche de » et diem : « un jour ».
Ce rythme est « endogène », c’est-à-dire qu’il généré par l’organisme lui-même. Notre horloge interne met en jeu un nombre important de mécanismes de régulation, parmi lesquels la lumière joue un rôle essentiel.
Presque toutes les fonctions de notre organisme sont régulées par le rythme circadien : 
-le système veille/sommeil,
-la température corporelle,
-la pression artérielle et la fréquence cardiaque,
-la production d’hormones,
-les capacités cognitives, l’humeur ou la mémoire.
Et donc, tout dérèglement du rythme circadien aura un impact sur notre Santé.

Notre horloge interne : le Chef d’orchestre !
Le rythme circadien s’impose à notre organisme grâce à une horloge interne, nichée au cœur du cerveau, et qui se comporte comme un véritable chef d’orchestre. Chez l’humain, cette horloge se trouve dans l’hypothalamus, et agit grâce à deux entités spécifiques de chacune 10 000 neurones. Ces neurones présentent une activité électrique qui varie sur environ 24 heures, sous le contrôle permanent d’une quinzaine de gènes dits « horloge », ce qui conduit à la production cyclique d’hormones et de neuromédiateurs.

Pourquoi faut-il re-synchroniser notre horloge interne tous les jours ?
Notre horloge interne possède un rythme qui lui est propre et qui varie selon les individus (notion de terrain individuel). Ainsi, le cycle imposé par l’horloge interne dure spontanément entre 23 h 30 et 24 h 30, selon les personnes. La moyenne chez le sujet sain est estimée à 24 h 10. Dans ces conditions, si l’horloge interne contrôlait seule le rythme biologique, l’humain se décalerait tous les jours : chacun mènerait sa vie à des horaires différents, de nuit et de jour, ce qui rendrait impossible la vie en société. Heureusement, notre organisme est bien fait et notre horloge interne est re-synchronisée en permanence sur un cycle de 24 heures grâce à des intervenants extérieurs. Parmi ces synchroniseurs extérieurs, la lumière est le plus puissant, de même que l’activité physique et la température extérieure de façon plus modeste.

Lorsque le fonctionnement de notre horloge interne est altéré : la désynchronisation.
Notre organisme est synchronisé lorsqu’il y a adéquation entre nos rythmes biologiques (notre horloge biologique) et l’environnement. Lorsque cette harmonie n’existe plus, l’organisme est désynchronisé. Le phénomène de désynchronisation a deux origines possibles : la première est liée à l’environnement, on parle de désynchronisation externe ; la seconde est liée à une pathologie, correspondant à une désynchronisation interne.
La désynchronisation d’origine externe est la plus fréquente, soit parce que l’horloge biologique fonctionne en inadéquation avec l’environnement comme dans le décalage horaire, le travail posté, le travail de nuit, ou une période confinement.
De plus, le vieillissement s’accompagne fréquemment d’une désynchronisation interne liée à la diminution des capacités d’adaptation de l’organisme du sujet âgé, avec pour conséquence des perturbations du sommeil.

Quels sont les composants qui favorisent la synchronisation de notre organisme.
On appelle « synchronisateur » le facteur périodique qui intervient pour modifier le rythme circadien : la lumière est le principal synchronisateur environnemental ; la mélatonine est le synchronisateur majeur au niveau endogène (la mélatonine, ou hormone du sommeil, est sécrété la nuit, avec un pic entre 2h et 5h du matin).

Quel est le rôle des neurotransmetteurs sécrétés par notre cerveau ?
Notre rythme interne, en particulier l’alternance veille-sommeil, dépend des neurotransmetteurs sécrétés par notre cerveau :
-le dopamine et la noradrénaline (catécholamines) permettent la vigilance et l’éveil, et sont sécrétées en début de journée.
-la sérotonine et la mélatonine interviennent dans l’endormissement et la qualité du sommeil, et sont libérées en fin de journée et la nuit.

Peut-on influencer la production des neurotransmetteurs par l’alimentation ?
Deux acides aminés sont particulièrement importants pour la production naturelle des neurotransmetteurs par le cerveau :
-la L-tyrosine, comme précurseur de la dopamine et de la noradrénaline : favorise l’éveil.
-le L-tryptophane, comme précurseur de la sérotonine et de la mélatonine : favorise le sommeil.
Ces composés : L-tyrosine et L-tryptophane, peuvent être considérés comme des chronobiotiques, car ils favorisent la synthèse des neurotransmetteurs impliqués dans l’éveil et le sommeil.

Quel est le rôle des postbiotiques dans le sommeil ?
Les postbiotiques améliorent la relation microbiote-intestins-cerveau, c’est-à-dire que ces composés favorisent la relation est le cerveau lui-même et le « second cerveau », correspondant à l’ensemble microbiote-intestins. En effet, les intestins sont le site d’une production importante de neurotransmetteurs…, et ces neurotransmetteurs sont les mêmes que ceux produits par le cerveau. En résumé, pour respecter un rythme biologique harmonieux, il est essentiel d’avoir un écosystème solide : une muqueuse intestinale forte et un microbiote équilibré.
Le rôle des postbiotiques est de maintenir un « ventre sain » pour un sommeil de qualité.
- L-Tyrosine : 2 gélules par jour, en une seule prise le matin au réveil.
- L.A.B® Connect : 4 gélules par jour. De préférence en 2 prises : la première entre 16h et 18h et la seconde au coucher. Ou en seulement 1 prise vers 17h.

Parlons micronutrition

Chaque mois, Parinat recueille vos questions et publie les réponses des meilleurs spécialistes de la micronutrition.

  • Zoom sur le déclenchement du stress
  • Estomac sensible : comment le soulager ?
  • Être végétarien : tout savoir sur le végétarisme
  • Maintenir son transit intestinal