Micronutrition & santé - Des conseils pour chaque saison

Le sommeil : un moment précieux et indispensable à notre santé.

L’importance d’un sommeil récupérateur pour la santé - Parinat

L’importance d’un sommeil récupérateur pour la santé - Parinat

Bien dormir pour mieux vivre !

Tous les spécialistes du sommeil s’accordent sur un point : le temps du sommeil est indispensable à notre bonne forme, notre équilibre et notre santé.

En effet, c’est au cours du sommeil que nous récupérerons notre énergie et notre vitalité, que nous réparons les dégâts des cellules, que nous optimisons notre système immunitaire et notre système nerveux, que nous détoxiquons l’organisme....

En un mot comme en cent, le sommeil est loin d’être un temps inutile et perdu, il est essentiel et indispensable. Il n’est pas obligatoire de vous forcer à dormir si vous n’en ressentez pas le besoin. Une seule chose compte en matière de sommeil, être attentifs et respecter nos besoins fondamentaux essentiels.

L’importance des rythmes de sommeil

Pour combler nos besoins, le sommeil doit répondre à trois questions indispensables liées à la quantité de sommeil, la qualité du sommeil mais également aux rythmes du sommeil. Si nous respectons ces trois dimensions, nous optimisons nos chances de bien-être et de bonne santé.

Au contraire, il est maintenant clairement démontré qu’une altération du sommeil, volontaire ou involontaire, est associée à de nombreuses maladies telles que le surpoids et l’obésité, le diabète, les maladies cardio-vasculaires, les troubles de l’immunité, les affections neuropsychiatriques telles que la fragilité face au stress ou à la dépression…

La quantité de sommeil : petits ou grands dormeurs ?

Contrairement aux idées reçues, 90 % des adultes ont des besoins de sommeil assez standardisés qui devrait être autour de 8 heures. Autrement dit, si vous vous reposez naturellement entre 7h30 et 8h30 de sommeil, il y a de fortes chances que cela corresponde réellement à vos besoins de bien-être et de santé.

Seulement 5 % de la population est réellement et génétiquement des petits dormeurs et peuvent se contenter de 6 heures de sommeil par nuit voire exceptionnellement un peu moins. Évidemment, 5 % de la population est composée de gros dormeurs qui devraient dormir entre 8h30 et 9 heures.

Bon à savoir : Si vous dormez moins de 7h30 chaque nuit, il y a de fortes chances que vous soyez en dette de sommeil, tirant sur la corde un peu plus chaque jour !

Les besoins de sommeil varient également en fonction de l’âge. Ils sont beaucoup plus importants chez les nourrissons et les jeunes enfants mais restent également encore élevés chez l’adolescent qui devrait dormir en moyenne 9h30 tous les jours.

Paradoxalement, c’est probablement l’une des populations qui accumule le plus de manque de sommeil avec en moyenne une dette en sommeil de 2 heures par jour.

La qualité de votre sommeil : est-il récupérateur ou superficiel ?

Le sommeil est organisé en cycles plus ou moins profonds. Si régulièrement le dormeur remonte à la surface, notamment en fin de période de rêve, la nuit ne doit cependant pas être ponctuée par de vrais réveils et encore moins par des phases d’insomnie.

S’il n’y a pas d’éveil ou d’insomnie, l’organisme peut alors profiter de ces différentes phases pour régénérer le corps, les cellules, réparer les dégâts ou encore équilibrer et organiser nos émotions, nos pensées, notre mémoire… ainsi, nous nous réveillons au petit matin frais et dispos, enthousiaste.

Les rythmes du sommeil : êtes-vous couche tôt ou couche-tard ?

L’heure à laquelle nous devrions nous endormir et nous réveiller est génétiquement déterminée. 70 % de la population est relativement adaptable, devant se coucher avant minuit, en moyenne vers 22h30, 23 heures et se réveiller vers 6h30, 7 heures.

Mais 15 % des individus sont réellement et génétiquement des couches tôt, des alouettes alors que 15 % seront des couche-tard, des hiboux. C’est ce que l’on appelle notre chrono type.

Les premiers, les alouettes, devraient se coucher très tôt, avant 22 heures et se lever vers 5h30 ou 6 heures du matin, jamais plus tard. Quant aux hiboux, ils peuvent se coucher vers minuit mais s’ils veulent respecter leur quantité de sommeil, bien évidemment ils doivent se lever vers 8 heures du matin. Il est indispensable de respecter ces rythmes imposés par nos gènes si nous sommes vraiment couche tôt ou couche-tard.

Socialement, cela n’est pas toujours facile mais les études montrent clairement que si l’on ne respecte pas ses horaires de coucher optimum, c’est notre santé qui va en pâtir.

Prendre de nouvelles habitudes de sommeil ou profiter d’une aide thérapeutique ?

Si nous souffrons de douleur du dos chronique, de fatigue, de mauvaise humeur, de diabète ou de surpoids rebelle… Il est important de se poser les questions relatives à notre sommeil.

Il y a deux causes fondamentales de mauvais sommeil :

  • Une mauvaise éducation, de la négligence liée aux rythmes sociaux, aux habitudes, à nos croyances… celles-ci se corrigent alors par une prise de conscience et une meilleure hygiène de vie : se respecter et respecter nos besoins !
  • L’autre cause est évidemment plus complexe, il s’agit de maladies du sommeil notamment les insomnies. Leur complexité, les causes différentes nécessitent alors une consultation de votre thérapeute ou de votre médecin.

À retenir : Un bon sommeil rime avec un bon éveil, une bonne journée et une bonne santé. Il est important de bien se connaître, d’évaluer ses vrais besoins, sa qualité de sommeil ces rythmes de lever et de coucher et de savoir optimiser ce temps précieux pour notre bien-être et notre santé.

Partagez: