J’apprends à différencier sucre et le goût sucré

12/02/2018 | Les aliments bénéfiques

L'appétence pour le goût sucré correspond aux besoins essentiels de consommer des glucides, source principale d'énergie. Aujourd'hui, ce même goût sucré se retrouve dans des sucres simples et raffinés dont les vertus nutritionnelles sont très éloignées des produits ancestraux et complets. Attention à la confusion.

Attention à la surconsommation de sucres !

Diminuer sa consommation de sucres au quotidien - Conseils Parinat

Depuis 20 ans, conscient de la dérive et du danger de santé publique liée à la surconsommation des sucres simples, des sucreries, tout particulièrement en relation avec le risque de surpoids et d'obésité, l'industrie agroalimentaire s'efforce de proposer des alternatives.

Les édulcorants sont arrivés sur le marché proposant un goût sucré à zéro calorie. Pour des clientèles désireuses de ne pas prendre de poids.

Aujourd'hui, à l'heure des constats, nous savons que l'offre des produits allégés, riche en édulcorants ne règle pas la solution. En effet, ce leurre entraîne une consommation souvent excessive et en compensation ce qui finalement amène à une consommation des calories à peu près équivalente voire supérieure. De plus, nombre de questions reste encore en suspens quant à la qualité des consommations importantes de ces édulcorants de synthèse. Si la plupart d'entre eux sont consommées en dessous des doses potentiellement néfastes pour notre santé, de nombreuses polémiques alimentent encore et toujours le débat, comme pour l’aspartame.

Plus récemment est apparu un édulcorant d'origine naturelle issue d'une plante « la stévia ». Les extraits de cette plante sud-américaine ont passé l'ensemble des tests d'innocuité et sont actuellement utilisables dans l'industrie agroalimentaire.

J’apprends à apprécier les sucres complexes en changeant mes habitudes

Consommer du sucre à travers les fruits et légumes - Conseils Parinat

Notre attirance vers les saveurs douces et sucrées doit maintenant bénéficier d'un nouvel apprentissage, d'une nouvelle éducation afin de retrouver le goût naturel des choses : mordre à pleines dents dans un fruit mûr, se délecter d'un risotto, apprécier une soupe de lentilles au thé fumé…

L'apprentissage et l'éducation du goût et du plaisir passe probablement par une meilleure place des sucres complexes, des végétaux, des légumes secs, des céréales complètes plutôt que de ne s'orienter que vers des produits standardisés sucrés et raffinés.

Adopter une nouvelle attitude face à l'attrait du goût sucré et des produits raffinés, passe bien sûr par une prise de conscience et une éducation dès le plus jeune âge mais repose également dès aujourd'hui sur de nouveaux choix et de nouveaux comportements.

Dans le panier : prendre l'habitude de sélectionner au moins deux tiers des produits non transformés non raffinés.

Mais comment faire ?

  • Passer au rayon fruit & légumes. Lors de nos courses dans un supermarché par exemple, commencer par passer au rayon fruits et légumes, puis aux rayons céréales et légumes secs qui doivent être consommés plusieurs fois par semaine selon les recommandations internationales. Ensuite, lorsque le panier c'est déjà bien rempli, on peut alors passer vers des produits plus raffinés, pour le plaisir, se laisser séduire… Mais cela devrait rester la cerise sur le gâteau.
  • S'orienter si possible vers des produits bios. Il est souhaitable lorsque l'on consomme des produits complets de s'orienter vers des filières respectueuses de l'environnement, raisonnée au biologique afin de réduire les quantités de pesticides résiduels.

Là encore, si ce n'est pas possible, pas de panique ! La consommation de produits complets est préférable à une alimentation uniquement bio. Les risques liés à une consommation modeste de résidus de pesticides étaient inférieurs à une alimentation pauvre en produits complets.

Mais dans la mesure du possible, pourquoi ne pas favoriser les modes de production bons pour la santé et bon pour la planète ? Le surcoût des céréales complètes ou des légumineuses complètes bio n'est que très modeste.